WikiFAGE est un nouveau projet collaboratif. Vous pouvez, vous aussi, aider à son développement en demandant la création d'articles par l'intermédiaire de la page suivante.

LMD

De wikiFAGE.
Aller à : Navigation, rechercher
L'application du LMD en France.

Le système LMD (Licence Master Doctorat) fait partie des principes du processus de Bologne lancé en France en 2001.

L’objectif principal de la réforme LMD est de permettre aux établissements d’enseignement supérieur d’innover par l’organisation de nouvelles formations et de placer l’étudiant au centre de sa formation. Les textes qui la mettent en place n’abrogent pas les précédents textes régissant nos formations (les arrêtés de 1997), ce qui permet aux universités qui le souhaitent de ne pas modifier leur offre de formation.



Sommaire

Les principes généraux

L’architecture des études

Cette architecture est désormais fondée sur la Licence, le Master et le Doctorat (d’où le nom de réforme LMD) qui deviennent les grades universitaires qui fixent les niveaux de référence (à Bac+3,+5 et+8) de l’Enseignement Supérieur. L’adoption de ce schéma répond avant toute chose à l’exigence d’intégration et d’harmonisation européenne, puisque ces niveaux sont communs à toute l’Europe. Néanmoins les descripteurs de Dublin prévoient un niveau licence (bachelor) à 180 ou 240 ECTS, un Master à 60 ou 120 ECTS et un niveau doctorat.

Les autres dispositions



Les objectifs

Cette réforme répond à plusieurs objectifs :

  • L’Offre de formation : organiser l’offre de formation sous forme de parcours-types de formation préparant l’ensemble des diplômes nationaux.
  • La pluridisciplinarité : intégrer si besoin des approches pluridisciplinaires et améliorer la qualité pédagogique de l’information, de l’orientation et de l’accompagnement des étudiants.
  • La professionnalisation et la VAE : développer la professionnalisation des études supérieures, répondre aux besoins de formation continue diplômante et de favoriser la validation des acquis de l’expérience, en relation avec les milieux économiques et sociaux.
  • La mobilité : encourager la mobilité des étudiants, accroître l’attractivité des formations françaises à l’étranger et permettre la prise en compte et la validation des périodes de formation,

notamment à l’étranger.

  • La transversalité : intégrer l’apprentissage de compétences transversales telles que la maîtrise des langues étrangères et celle des outils informatiques.
  • Les TIC : faciliter la création d’enseignements par des méthodes faisant appel aux technologies de l’information et de la communication et le développement de l’enseignement à distance.

La modification de l’offre de formation

L’offre de formation s’organise sous forme de parcours type, c’est à dire un ensemble cohérent d’unités d’enseignement articulées selon une logique de progression en vue de l’acquisition de compétences identifiées. Ces parcours-types visent à l’acquisition d’un ou plusieurs diplômes nationaux et sont proposés par les établissements.

Ces parcours types sont diversifiés et adaptés. Ils peuvent intégrer des approches transdisciplinaires, pluridisciplinaires ou professionnalisantes.

On passe donc d’une logique de parcours obligés et tubulaires à une logique de parcours plus fluides avec une part accrue d’adaptation à son projet pédagogique.

Ces parcours de formation adaptés doivent permettre :

  • L’orientation progressive de l’étudiant, en fonction de son projet professionnel ou personnel.
  • La prise en compte des besoins individuels des étudiants.
  • L’intégration des compétences transversales (maîtrise des langues étrangères, de l’informatique...).
  • La validation des études supérieures faites dans un autre établissement d’enseignement supérieur, en France ou à l’étranger.
  • La validation des acquis de l’expérience personnelle et professionnelle (VAE).


Les différents parcours-types et leurs interactions sont définis et présentés par domaines de formation, qui sont le cadre de base lors du passage au LMD.

Ces domaines de formation recouvrent plusieurs disciplines et leurs champs d’application, notamment professionnels. Ils seront définis par le CA, sur proposition du CEVU et après concertation du monde professionnel.

Les équipes de formation qui ont la charge de construire les parcours types doivent mettre en œuvre un dispositif d’accueil et d’information, d’accompagnement et de soutien pour faciliter l’orientation de l’étudiant, assurer la cohérence pédagogique de son parcours, favoriser la réussite de son projet de formation et ce, tout au long du parcours de l’étudiant.


Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
La FAGE
Portails thématiques
Boîte à outils
Partager